• NEWS - Nouvelle Calédonie

    OUI, OUI..oui.. cela fait longtemps...pas de nouvelles..etc... mais on est occupés nous aussi, on a des vies en dehors de captain.. :-)

    Voici le résumé, jour par jour, de la tournée en Nouvelle Calédonie, vue par Jacques.. bonne lecture..et bravo si vous arrivez jusqu'au bout.. :-)

     

     
    Samedi 23 decembre il est 15h30, mais je suis déjà sous Lysanxia ( comprimés anti-stress) depuis deux jours tellement le fait de passer 22h dans un avion me fout les glandes.
    Demain dimanche, nous decollerons de Roissy C.D.G. à 15h30 pour une première escale à OSAKA, ou nous atterrirons après 11h de vol, et ou nous passerons 2h en transit, puis nous nous envolerons de nouveau pour Nouméa ou nous atterrirons après 8 nouvelles heures de vol
    Quelle galère.........

     Dans l'avion 20H (heure de Paris.)
    Voici presque 7h que nous sommes partis. La bonne surprise en arrivant dans l'avion  est  de constater qu'Enzo nous avait fait  réserver 3 places ensemble (pour ma femme et mon fils)  au niveau des sorties de secours de l'avion, donc avec l'espace devant nous pour pouvoir allonger les jambes et nous déplacer comme nous le voulons. Ma hantise de “claustrophobique” en avion depuis le dernier voyages du groupe aux Antilles il y a 6 ou 7 ans.
    En découvrant cela, c'est comme si d'un coup tout ce voyage prenait une bonne tournure.
    Charly regarde un Film et Nicole apprend l'Italien grace au petits jeux de la console dont nous disposons  pour chaque siège. Et le temps passe... mais vraiment doucement .

    Une petite heure d'attente dans l'aéroport d'Osaka et nous ré embarquons pour Nouméa.


    Dans ce nouvel avion, il n'y a pas trop de monde cela permet à ceux qui le désirent de , une fois le  comptage fait, s'installer confortablement voire s'allonger pour tenter de  dormir sur les sièges inoccupés.
    Nous passons encore ainsi 8h et arrivons enfin,  mais sous une pluie battante mais chaude, à Nouméa.

     


    Là, mauvaise surprise. Quand tous les gars du groupe  ont récupérés leur valise, je me rend compte que la nôtre est surement resté à Osaka. Après avoir patienté une bonne heure afin de faire les formalités de perte ( car nous sommes une vingtaine de passagers  dans la même situation), il est 1h 54 du mat. nous nous retrouvons dans notre chambre de l'hotel TONTOUTEL, pour essayer de nous reposer quelques heures. Nous avons rdv à 7h pour prendre la route et faire les 4h de bus afin de  nous rendre a POINDIMIE dans le nord de l'île vers lieu du premier concert jeune public de la série.

     
     

        Sur place vers les12 h, nous apprenons que le concert jeune public est annulé car avec cette pluie les jeunes ne se déplaceraient pas, mais plus grave, nous attendons toujours un orgue pour Benoit car celui qui est sur place ne fonctionne pas du tout. Nous espérons que vers 18h 30, nous pourrons faire une bonne balance pour le concert tout public de ce soir .
     
     

    A 20h  tapantes nous attaquons le concert tout public avec un orgue à peine jouable pour Benoit. Il manque carrément des notes  et il craque de partout. L'orgue qui devait venir de Nouméa, n'a pas pu arriver jusqu'ici a cause des trombes d'eau et des éboulements sur la route. Il devrait nous être livré demain, pour le concert de POUEMBOUT de l'autre coté de l'ile. Après un très bon concert malgré la fatigue, nous sommes invités pour un diner familial assez extraordinaire et succulent de plats traditionnels. Alain, notre contact ici, m'explique le “rite traditionnel” auquel je dois, au nom du groupe, me soumettre lors d'une première visite dans une famille. Je suis très intimidé. Cela consiste en l'offrande à la maîtresse de maison d'un tissu plié, dans laquelle est glissé un billet de la monnaie du pays et de remercier humblement dans un bref discours les gens qui nous reçoivent sous leur toit.  

    Le repas est excellent et arrosé de vin français “Montmirail 2005 & 06” d'une extrême qualité. Il est tard , mais avant de nous coucher, nous nous rendons compte que le ciel est complètement étoilé et que la journée d'aujourd'hui (car il est déjà 0h50) pourrait être superbe.
    Ce matin, coup de fil de la reception vers 7h30, nous avisant que notre valise est enfin arrivée. Bonheur total, nous pouvons nous changer, me raser et arriver propre nikel pour le petit déjeuner vers les 8h30.


    Il ne pleut plus, mais le ciel reste couvert. Les gars sont tous au petit déjeuner ou déjà dans la piscine .
    Nous déjeunons et je vais ensuite toucher un peu et ‘gouter' l'eau du Pacifique, C'est marrant elle semble  moins salée que celle de l'Atlantique.
    Il est 9h40, départ prévu dans un quart d'heure pour 1h et demi de route vers POUEMBOUT. Traversée latérale Est>Ouest  de L'Ile “Coast to Coast”. Avec ce qu'il est tombé depuis qq jours, l'eau à tellement raviné que nous devons parfois faire plus d'1 km a 5km à l'heure ce qui rallonge pas mal le temps du trajet.
    Nous arrivons enfin à POUEMBOUT et sommes reçu dans une magnifique case, la plus grande “case traditionnelle” de L'Ile.  C'est le restaurant, et ce sera aussi le lieu du concert privé que nous donnerons ce soir, pour les notables de l'Ile: Patrons des mines de Cuivre et Nickel et eventuels “mécène” de l'AFMI, association qui nous a fait venir ici.


    Après encore un superbe repas suivi d'une courte sieste (nous avons tellement de fatigue à rattraper), nous faisons une bonne balance. L'orgue est bien arrivé, mais la cabine Leslie ne fonctionne pas et Benoit est encore un peu puni de devoir jouer sur ce matos.
    Nous ferons ce soir là un excellent concert et vendrons même un peu de Cds. Puis après un rapide repas de Tapas, bien crevés, nous fonçons nous coucher, enfin tenter de dormir, ce qui est impossible plus de 3h d'affilées ( décallage oblige), dérangés en plus par une circulation incessante sous les fenêtres de notre chambre de l'hotel Hibiscus de KONE.
    Qu'à cela ne tienne , le jeudi matin vers les 8h, après un sympathique petit déjeuner autour de la piscine, nous sommes de nouveau dans le bus pour un retour vers POUEMBOUT, ou nous devons donner  à 9h sonnante un spectacle jeune public dans cette même et superbe grande case.
    Merveilleux concert devant un jeune public, garçons et filles attentifs venus en cars des écoles proches. Nous sommes ici, en Nouvelle Calédonie à la veille des grandes vacances scolaires d'été et les enfants sont donc joyeux et près pour leur trois mois de vacances annuelles.
    Toujours un peu tristes quand ces concerts se terminent, nous voici de nouveau dans les bus., traversant une haie d'honneur faites par tout ces enfants contents de ce concert. Il est 10h 30 et c'est le départ vers Nouméa :300kms, mais cette fois,  montagne, sans virages et passages de col. La route est assez droite et longe la côte ouest de l'ile.


    Arrêt au bout de 180kms pour un  déjeuner; Nous traversons des paysages magnifiques la végetation est tout a fait incroyable. Ici, les Bougainvilliers gros comme des arbres  poussent au bord des routes aussi facilement que les pissenlits chez nous.

     

     

    Après encore deux bonnes heures de routes, nous arrivons dans les faubourgs de Nouméa, qui ressemblent comme deux gouttes d'eau aux faubourgs de n'importe quelle ville de France à part les palmiers.
    Auchan, Carrefour , et Societe Générale quoi...
     La circulation est intense et dangereusement rapide, mais personne n'a l'air de se plaindre  alors...


        L'hotel ou nous sommes est situé à Anse Vata en bord de mer. C'est un des plus chics hotel de Nouméa le “Nouvata Park Hotel”.On pourrait presque se sentir comme sur la Cöte d'Azur, mais comme elle devait être il y a une cinquantaine d'années. Les gens stationnent leur véhicule, font qq pas et s'installent sur la plages qui bordent la route et se baignent dan une eau à 25°.

    Jeudi  au petit matin;
    Hier soir en arrivant, à l'hotel après avoir défait nos valises, nous avons dû repartir  installer le matos et faire un sound check pour les concerts aujourd'hui car nous aurons d'une part:  un spectacle jeune public vers les 13h. Le bus nous attend déjà pour nous emporter vers la salle de concert de Mont-Dore.  Après cette balance nous revenons  à l'hotel, mais tellement fatigués qu'après une soupe chinoise au premier ‘Lolo' le plus proche de l'hotel, nous rentrons nous coucher, pour sans doute la plus longue nuit de sommeil depuis notre arrivée ici.
        Il es environ 8h30, je suis assis  sur la terrasse du balcon  de notre chambre  qui offre sur un jardin, une magnifique vue de cocotiers de flamboyants et de palmiers. La mer est à moins de 50 m devant nous et nous apprécions ces moments privilégiés. Nicole se repose encore un peu. Notre rdv est prevu vers 12h  pour partir vers Mont-Doré, ou aura lieu notre spectacle jeune public de 13h devant 400 enfants. Ce soir dans cette salle nous aurons aussi un spectacle tout public.

    Il est maintenant 15h et nous sommes de retour à L'hotel après ce “jeune public”: 400 enfants survoltés en super forme et réagissant au doigt et l'oeil à nos demande de se lever, de chanter ou de danser notre "Danse du Phoque" ...  Une ambiance extraordinaire  jusqu'aux cris d'enthousiasme à la présentation de chacun des instruments, avec une mention particulière pour Richard et sa partie Chicago Blues et Dédé pour la démo Batterie et son petit solo Brésilien à 4 baguettes .
     Nous avons droit à une petite  heure de pose puis nous nous rendrons sur le site du  “Walé Papa Kiki Festival” pour un sound check que nous ne pourrons faire demain au moment du concert. Une succession ininterrompue de concerts qui commenceront demain samedi à Midi et qui ira jusque Dimanche soir. Notre passage est prévu samedi à 18h30 précise (si tout va bien)
        Dés ce matin du vendredi, au petit “lolo” ou nous prenons un jus de fruit,  la radio nationnale annonce l'interdiction totale de la vente d'alcool sur tout le territoire et les Iles dés 16h30 aujourd'hui  et pendant toute la durée du festival... Ca fait un peu peur  mais c'est parait-il normal...


        Nous partons donc pour cette balance sur le site du festival. Le site est gigantesque et peux contenir 25.000 personnes( un petit Woodstock), une crique naturelle en bordure de mer . Tout le backline est prêt. L'ingé son des retours est Neo-Zelandais  et semble connaitre son boulot à  fond. L'orgue Hamond n'est pas avec nous car nous devons l'utiliser pour le concert tout public de Mont-Dore de ce soir et n'avions pas envie de le déplacer juste pour le Sound check, mais nous faisons une bonne balance du reste de l'ochestre et des voix et expliquons nos contrainte pour l'orgue.
    Cela ne semble pas poser de problème. Nous repartons rassurés pour ce concert de demain . L'anachronisme de la situation, mais il est de taille, est que ce festival est un festival totalement “Reggae” à première vue et que notre passage avec notre musique Funk risque de secouer un peu trop l'ambiance , mais ... on verra bien demain.
        

    Retour  vers l'hotel pour une nouvelle heure de pose, puis départ pour le concert tout public vers la salle de Mont-Dore. Le groupe qui ouvre pour nous Soul Power est fan du groupe, et les gens sont d'une gentillesse incroyable. ils sont en plein répertoire Tower Of Power, mais font aussi qq reprises des titres de Captain. Sympa au possible. Au moment ou nous arrivons, ils sont en plein “Soul vaccination” et ca tourne terrible.
    Un petit entracte et nous attaquons devant une salle conquise. Une partie du public est debout dés la seconde chanson du groupe, c'est du délire...On est les Beatles ... :-)))))
    Avec l'énorme fatigue accumulée depuis le début de la semaine, nous avons par moment qq passages à vide, mais le public nous porte litteralement et après un “encore”, on cours dans le hall signer les CDs et DVDs  dont on vend presque tout le stock apporté et  que les gens s'arrachent (enfin on y croirait presque).  
         Samedi matin, le reveil est un peu vaseux , mais après un festif petit déjeuner tout va mieux.

    Le départ vers le site du festival est prévu vers les 16h30, et d'ici là, nous avons la journée pour nous .
    Je ne vais pas trop m'éloigner de la chambre pour ne pas avoir à trop parler et ainsi préserver le peu de voix qu'il me reste pour la prestation de ce soir qui sera notre dernière sur l'Ile.
    Un boeuf est pourtant prévu  pour les gars du groupe qui le désirent ,dans le club ou jouent ce soir Soul Power  les musiciens, qui ouvraient pour nous hier à Mont Dore

    “WELA  PAPA KIKI FESTIVAL”

     

     
     
     
     

    Nous arrivons sur place vers les 17h30, le groupe qui nous précède “les Sunshiners”  originaire Van-Watu fait son dernier morceau. Il se passe ensuit une petite demi heure pour l'installation de notre backline selon le plan de scène de la veille et à 18h30 précise (incroyable...) nous attaquons.
    Le soleil est sur le point de disparaître, mais nous profitons de ses derniers rayons pour voir le public. Il est pour l'instant assez éparse, 6 à 800 personnes,  en fait le gros du public  arrivera vraiment cette nuit pour les concerts  des grosses vedettes “Reggaes” de  demain.  
        Je fais au public  un petit laïus  avant que nous attaquions afin de nous présenter.  Expliquant en deux mots notre participation à ce festival. Je me suis un peu renseigné dans la journée sur ce fameux Kiki Karré, décédé dans l'année, et a qui est dédié cette année le festival qu'il organisait et présentait depuis ces débuts.
     Nous attaquons avec un gros son de festival. Dans un  festival “normal” on aurait pu se prendre pour une superbe version Européenne du magnifique groupe Tower of Power.
     Le son est énorme et ça joue terrible, mais nous avançons dans le set, sans depuis la scène, avoir la sensation de déclencher les réactions  d'enthousiasme du public.
    La circulation d'énormes sunlights nous montre par instant que les gens se sont  poutant approchés de la scène, et sont  maintenant  à peu près 1500 à 2000, mais pour nous, d'ou nous sommes, toujours peu de sensation de reaction.
    N'étant pas habitués a cela depuis le début de la tournée, on est un peu déroutés. Il en sera ainsi pendant toute l'heure et demie  de concert.
    Je sors un peu déçu, mais les organisateurs viennent au devant de nous et nous félicitent chaudement de notre prestation, nous expliquant qu'ici les gens ( dans ce genre de festival) ne reagissent pas spécialement, mais par contre nous auraient très bien fait comprendre de nous casser vite fait si cela ne leur avait pas plu.
    Je suis un peu rassuré , mais pas plus joyeux que cela. Il n'est pas tard, 20h au plus , mais nous devons attendre près d'une heure une des navettes officielles, pour être ramené a notre hotel.
    Sur les 10 kms de route de retour  vers Nouméa, nous croisons des centaines de personnes qui montent à pied vers le site du festival.  Ils doivent  passer  4 à 5 contrôles de police avec fouille au corps pour certains tellement la police ne veut pas de problème sur les lieux du festival.
    Il est 21h30 nous sommes de retour à L'hotel .

     


    Dimanche 30.
    Ce matin, départ de l'hotel vers les 10h30 pour une invitation à un déjeuner de fête sur  l'Ilot...???...... au large de Nouméa, distant de 20mn de bateau.
    Une partie des gars,  les plus courageux, mais les moins nombreux   à démarré  avec 2h d'avance,  emmenés sur place par les zicos de Soul Power, afin de faire un peu de plongée ( tuba palmes...), voir Raie Manta et peut-être requin si affinité!!!.  
    Nous nous retrouvons donc à peu près tous sur l'ilot vers midi. Charly et Richard ont eux préféré rester tranquillement en ville, faire leur petites “courses  cadeaux” avant le retour.  
    Sur l'ilot...??...... il nous semble être accueilli au Paradis sur terre. Sous les arbres,  une longue table recouverte d'une nappe blanche est dressée pour une vingtaine de couverts.
    A quelques mètres, un buffet comme on en voit que dans les films de James Bond nous tends les bras, couvert des de plats, Homard, langouste  et crabe à profusion, thon cru et salade de toutes sortes pour les entrées.   C'est hallucinant.   Après un ti' Punch et un petit mot de remerciement de chacun on passe à table. Benoit,  à son aiseJ...  fait à lui seul 3 ou 4 aller retour vers les entrées.
    Puis viennent les plats : B.B.Q. viandes rouge et poissons steack de cerf, entrecôtes, cotelettes de moutons,   mais aussi  poissons de toute sortes: marlin, thon  et vivaneau.
    Nous sommes déjà repus quand arrivent les desserts de toutes  sortes en buffets.
    Fruits frais,  gateaux, iles flottantes( c'est la region ) crêmes brulées. Nous finnissons l'après midi  par petits groupes ecroulés dans les coins d'ombre  a parler ou a sommeiller en attendant la navette qui doit nous ramener  vers Nouméa puis le bus à l'hotel vers les 18h .
         De retour à l'hotel et après une petite heure de calme, nous avons un dernier RDV dans le hall avec Jean-Pierre Masseglia qui tiens à nous emmener chez lui pour un dernier apéro en famille.
    Jean-Pierre est la vielle connaissance des gars du groupe qui sont allés jouer à St Martin ou il était en poste il y a qq années. Il a été depuis muté comme prof de Gym a Nouméa et connait tout le monde  à part Charly et moi. Il est charmant et tellement fan du groupe que s'en est touchant. C'est  aussi un peu grâce à lui qui, brassant depuis qq années à poussé pour que  nous venions jouer en Nouvelle Caledonie.

    Nous nous quittons vers les 23h car tout le monde est vraiment crevé après une telle journée.
    Quand Jean-Pierre nous quitte à l'hotel, il a  presque les larmes aus yeux, on ne sait pas si et quand on se reverra......
    Je ne sais pas aujourd'hui si le groupe reviendra, avec ou sans moi a Nouméa, mais ce voyage que nous avons eu la chance faire Nicole, Charly et moi à travers le groupe est certainement jusqu'ici le plus beau de notre vie, c'est un bonheur total.

    Lundi 1 Decembre,
    Le départ se fait vers les 9h30 de l'hotel  vers l'aéroport.
    Nos chauffeurs sont pour la circonstance Melissa: la compagne d'Alain, et Thierry l'un des deux chauffeurs ( mais aussi musicien),  qui nous ont conduit pendant toute cette semaine sur l'Ile.
    Alain, crevé et ayant encore beaucoup a faire pour le Festival n'est pas venu avec nous.

     

     

    Nous nous quittons avec émotion, mais aussi anxiété pour les 8 premières heures  de vol sur Aircalin qui nous conduiront jusque'àTokyo.  
    Arrivés déjà bien décalqués à Tokyo ou nous passons deux heures en transit.

     

     


    Puis nous reintégrons l'avion pour Paris pour un quinzaine d'heure et là, c'est dur, très très dur. L'avion est plein a craquer. Un bébé et ses parents assis qq sièges devant nous a chialé pendant une bonne heure. Les sièges sont très abimés et on a au bout d'une heure ou deux, déjà un mal de cul pas possible, qu'est ce que ça va être dans 12 H.   Enfin,  chacun fait son overdose perso de film et de jeux  vidéo en tout genre. Pour ma part, j'en vois 4 entiers et deux a moitié  on déjeune et dîne deux ou trois fois et entre temps on peux aussi boire des bols  de soupe aux nouilles chinoises rapide, façon “Bolino” mais chinois quoi... comme on est un peu éparpillés dans tout l'avion on se retrouve de temps en temps  par petits groupes  pour se dégourdir un peu les pinglos et après une longue... longue... longue nuit... nous arrivons dans un état pas indescriptible de fatigue à Roissy C.D.G.
    Il est 4h 50 du mat. Il fait un putain de froid 2°. Nous mettons un vingtaine de minutes à récupérer nos bagages et on se quitte tous comme un coup de pompe dans une fourmilière.  Deux des gars jouent ce soir même au petit journal avec le Grand Orchestre Du Splendid et sont pressés d'aller dormir un peu.
    Ils nous  faut attendre 5h 50 pour attrapper le premier bus Air France qui rammènera vers la porte Maillot. Seul client dans le bus pour ce retour vers Paris. Porte Maillot, on se gèle toujours. Nous rentrons à chez nous à pieds comme si rien ne s'était passé, totalement abasourdis par ce voyage de 21h, on ne sait plus qui on est ou on est ni comment on s'appelle il est temps d'aller faire un gros dodo dans un vrai lit ...

     


  • Commentaires

    1
    CIRE
    Vendredi 12 Décembre 2008 à 17:35
    Nouméa
    Ouais! super Captain de nous donner des nouvelles! Bon bah moi j'ai tout lu! Quel marathon, dites-moi! Bravo d'avoir résisté. Au plaisir de vous lire/ revoir
    2
    Lei
    Dimanche 14 Décembre 2008 à 15:12
    Beau
    J'ai tout lu avec plaisir. Comme je te comprends...pour aller en avion au Vanuatu, juste au-dessus de la NC, je me tapais 33h de vol en passant par l'autre côté de la planète. Je vois que vous avez joué après les Sunshiners de chez oim (Vanuatu)...ah la la, j'aurais bien voulu être là-bas à cette époque pour un petit concert surréaliste... @+ Lei
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :